La vie au temps de Corona – Jean-Jacques GAUDELConseils et astuces

La vie au temps de Corona - Jean-Jacques GAUDEL


Aujourd'hui, en ce moment, rêvassant, regardant les oiseaux rouges se relayer vers la mangeoire et s'envoler rapidement en tenant une graine de soja noire huileuse dans leur bec, Je me sens bien. Regardant paresseusement les feuilles fraîches du printemps se découpant sur un ciel bleu profond nouvellement nettoyé, Je me sens vraiment bien. Se balancer sur la terrasse tachetée de soleil en sentant la brise fraîche du matin tout en pétrissant mon chat comme une pâte fraîche, Je me sens profondément heureux, serein et calme, malgré la puanteur désordre Je poussai temporairement dans les recoins les plus sombres de mon cerveau troublé.

Plus heureux, Je crois, que sur tout un autre magnifique jour de printemps dont je me souviens depuis que j'ai émigré de France et que je me suis installé ici en 1974 avec ma Belle du Sud.

La vie se sent bien, pour ce septuagénaire chanceux. La vie a globalement été bonne, malgré des hauts et des bas qui ont été, rétrospectivement, principalement un produit de mon cerveau défectueux, un raté de synapses, un déséquilibre chimique, une carence en sérotonine, peu importe… Tout s'estompe.

TOUT VA…

Vais-je obtenir

Quelque chose a fait aujourd'hui?

Mais encore une fois ce que signifie

Quoi qu'il en soit?

*

Ce sont des jours de Covis

Dix-neuf et consternation

Coincé dans un tel abîme

Les paris sont fermés jusqu'en mai

*

Si, et je ne parierais pas,

Faites confiance qu’ils ne trahissent pas,

Des dizaines de vies

Sera perdu de toute façon.

*

J'ai déjà entendu

Ces mots «JAMAIS ENCORE»

Qu'après chaque guerre

Se répètent en vain

*

Allons-nous jamais

Pour apprendre, il faut payer

Attention aux avertissements

Et faites confiance à ce que les autres disent?

*

Sommes-nous vraiment fous

Pourquoi jouer à la roulette russe

Ils disent “plus jamais ça”

Mais oublie toujours

*

Quand ce jour arrive

J'espère que nous pourrons divertir

Quarantaines plus courtes

Ensuite, nous pourrions soutenir.

*

Si heureusement, nous élevons

Immunité atteinte,

Ce virus que nous abhorrons

Pour toujours pourrait être tué.

*

Juste quelque chose que j'ai pensé il y a quelques jours.

J'ai pris l'habitude de versifier ces derniers temps, il semble que ça continue à suinter…

Quelle sera la vie le mois prochain, qui sait? Nous pourrions très bien n'avoir aucun revenu provenant de la location de notre «œuf de retraite», un immeuble commercial bien situé que nous avons acheté il y a de nombreuses années avec une hypothèque de 25 ans. À peu près payé pour lui-même. Le petit magasin de vêtements n'a pas pu payer le loyer le mois dernier, le nettoyeur à sec ne sera probablement pas en mesure de le faire le mois prochain, et la grande entreprise qui loue le dernier espace peut ou non… Qui sait…? Personne semble savoir n'importe quoi beaucoup plus… Nous sommes tous “modèles de construction »!

Nous pensions vraiment que nous étions prêts à mourir. Cela ne m’était jamais venu à l’esprit que cela pouvait devenir si mauvais si vite, et nous pourrions passer en deux mois de bien vivre à devoir réduire les dépenses à nu, en prévision de ce qui allait arriver. Quelle que soit la retraite que nous recevons du gouvernement, c'est suffisant pour couvrir l'assurance-maladie, donc je ne peux pas me plaindre, nous sommes toujours parmi les chanceux, et si nous tombons malades, nous devrions pouvoir obtenir des soins. À moins bien sûr que les hôpitaux soient débordés d'ici là, auquel cas je prévois de rester dans mon lit avec mon chat et j'espère pour le mieux. Je n'ai pas peur, j'ai eu une belle vie, je suis réconcilié avec la mort si tel est mon destin…

Mais ce vieux chien adorerait jouer un peu plus et péter pour quelques années de plus!

Le début de “vieillesse” et les “handicaps” ont un moyen de simplifier les problèmes, de compacter les bagages pour ainsi dire, de trier les choses importantes, de scories de l'alliage de trop de pépites de vie, nettoyant l'esprit d'un tas de “fichiers journaux et caches” pour utiliser une métaphore numérique, et laissant un tas de “secteurs effacés” à réaffecter,

ou peut-être NE PAS! Pourquoi ne pas laisser un espace vide dans lequel entrer perdu?

Le début de cette pandémie semble avoir eu un effet similaire. Beaucoup de choses sont en train de tomber et ne semblent plus si importantes. J'espère que cette nouvelle réalité mettra les choses en perspective pour tout le monde aussi. Nous attendons depuis longtemps un vérification de la réalité, et un réinitialisation majeure. Je vais laisser la diatribe sur cette question pour un autre jour!

J'ai pratiqué méditation et l'auto-hypnose depuis bien plus de quarante ans maintenant, mais jamais auparavant je n'avais été en mesure d'atteindre un tel serein “ardoise vierge” et une telle tranquillité d'esprit …

Au moins temporairement!

En fait, je m'inquiète beaucoup ces jours-ci, c'est quelque chose qu'un «inquiet né» ne peut jamais échapper, et je peux toujours être très contrarié quand j'arrive à entendre certains «goon fat toupeed or pâle» drapés dans son «costume de designer toga» , bourdonnant de façon nauséabonde meurtrier des mots vraisemblablement écrits par son Miller, ad-libérant sans cesse des clichés stupides et s'épanouissant dans son vocabulaire de cinq cents mots de première année. Si pitoyable, si déroutant, si choquant, si épouvantable, si déplorable, pourtant si inévitable, le résultat final de notre longue descente dans le petit antagonisme et l'extrémisme politique.

Merci beaucoup Newton Leroy McPherson Gingrich, historien qui aurait dû mieux connaître, auteur dont les titres ces jours de pandémie pandémonium devraient en faire un LOL!Redécouvrir Dieu en Amérique », une longue littérature essentielle pour la foule des Born Again; “Gagner l'avenir », ” Pour sauver l'Amérique », bibles des fêtards… LOL! Comprenez-vous même monstre vous vous êtes déchaîné? NON, tu restes un défi SANGLOT!

ALORS, Merci beaucoup, Qui, pour avoir proposé le concept de Méditation!

J'essaie de me tenir informé quotidiennement et de rester légèrement devant des nouvelles obsessionnellement médiatiques du câble, et regardez le jeu long en plus du court. J'ai lu de nombreux essais et articles d'opinion.

Ça n'a pas l'air très joli.

Ma génération de baby-boomers est en grande partie responsable de prendre le chemin du navire dans les eaux inexplorées et perfides. Avec un peu de chance, nous, en tant que groupe, allons bientôt reconnaître et reconnaître ce fait.

Mais alors, que pourrions-nous faire? Nous vieillissons et nous faiblissons de jour en jour, et avons récemment commencé à disparaître à un rythme alarmant, les victimes âgées de Covid 19, étant apparemment devenues du jour au lendemain un fardeau pour la société, et considérées dans certains milieux plus ou moins jetables…

Et c'est bon. Vraiment!

Il est haute grand temps pour passer tout ce qui reste du bâton à ceux qui n'auront d'autre choix que de vivre les cinquante prochaines années pour faire face aux conséquences des méfaits de leurs aînés, et espérer ils faites des choix plus sages.

J'ai parfois peur que nous ne leur ayons pas donné la bonne éducation, les outils adéquats, ni l'éducation la plus pertinente pour survivre à ce qui nous attend, mais il est trop tard pour y remédier nourrir les échecs. Ils devront être créatifs et improviser.

Pour utiliser un cliché, «La nécessité est» censé être «La mère de l'invention». Après tout, cela nous a amenés de l'âge de pierre à l'endroit où nous étions, ils trouveront quelque chose! Je leur souhaite bonne chance.

Si non, RIDEAU!

Assez simple vraiment…

Les détails peuvent être élaborés ultérieurement.

Vous devriez demander à Elizabeth Warren, elle a un plan!