HYPNOSE, Du magnétisme animal aux écoles de Nancy et de la SalpêtrièreConseils et astuces

HYPNOSE, Du magnétisme animal aux écoles de Nancy et de la Salpêtrière


Du magnétisme animal aux écoles de Nancy et de la Salpêtrière

Le problème de la définition de l’hypnose est difficile puisqu’on n’a pas encore d’explication satisfaisante de cet état. Parmi les descriptions qui en ont été données, la plus élaborée est celle de l’Association médicale britannique (1955) : « L’hypnose est un état passager d’attention modifiée chez le sujet, état qui peut être produit par une autre personne et dans lequel divers phénomènes peuvent apparaître spontanément ou en réponse à des stimuli verbaux ou autres. Ces phénomènes comprennent un changement dans la conscience et la mémoire, une sensibilité accrue à la suggestion et l’apparition chez le sujet de réponses et d’idées qui ne lui sont pas familières dans son état d’esprit habituel. En outre, des phénomènes comme l’anesthésie, la paralysie, la rigidité musculaire et des modifications vaso-motrices peuvent être, dans l’état hypnotique, produits et supprimés. »

Le phénomène qu’on appelle actuellement l’hypnose est connu par son utilisation thérapeutique depuis les temps les plus anciens. C’étaient souvent les prêtres qui en faisaient usage. Il n’entra dans la phase expérimentale qu’en 1776 avec Franz Anton Mesmer, sous le nom de « magnétisme animal ». D’après lui, il existait un fluide universel pouvant se transmettre d’un sujet à un autre : à l’aide de passes, l’opérateur provoquait des « crises » de nature convulsive et obtenait ainsi une distribution du fluide plus harmonieuse et curative dans le corps malade. Ces théories dépourvues de fondement scientifique ont néanmoins posé pour la première fois le problème d’une relation dynamique entre le malade et son thérapeute.

En 1784, au milieu de discussions passionnées sur le magnétisme animal, Louis XVI nomma une commission composée de savants éminents pour vérifier les assertions de Mesmer. Dans deux rapports célèbres, les membres de cette commission condamnèrent le magnétisme animal : ils conclurent à l’inexistence du fluide et attribuèrent à l’imagina (…)

Autres références

«  HYPNOSE  » est également traité dans :

ABRÉACTION

  • Écrit par
  • Pierre-Paul LACAS
  • 418 mots

Terme utilisé en psychiatrie et en psychothérapie et qui traduit l’allemand Abreagiren , mot inconnu sans doute avant Breuer et Freud. Dans le sens le plus général, l’abréaction désigne toute décharge émotionnelle qui permet à un sujet d’extérioriser un affect lié à un souvenir traumatique et, en conséquence, de se libérer de son poids pathogène. Parfois, le malade « abréagit (…)
Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abreaction/#i_4030

BERNHEIM HIPPOLYTE (1840-1919)

  • Écrit par
  • Léon CHERTOK
  • 422 mots

Médecin français, fondateur de l’école dite de Nancy qui se rendit célèbre par l’étude des phénomènes de suggestion et d’hypnotisme. Né à Mulhouse, Bernheim fit ses études secondaires et supérieures à Strasbourg. Reçu docteur en médecine en 1867, pour une thèse sur la myocardite aiguë, il devient professeur agrégé de clinique médicale en 1868, avec une thèse sur les fièvres typhiques. Après la gue (…)
Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hippolyte-bernheim/#i_4030

BRAID JAMES (1795-1860)

  • Écrit par
  • Léon CHERTOK
  • 515 mots

Chirurgien écossais, James Braid est le premier expérimentateur médical de l’hypnotisme, terme qui fut d’abord employé par lui et qu’il accrédita. Né à Rylaw House, dans le Fifeshire, où son père était propriétaire terrien, il fait ses études à l’université d’Édimbourg et devient médecin à Leith, puis chirurgien dans le Lanarkshire en milieu minier. Sur le conseil d’un patient devenu son ami, il s (…)
Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-braid/#i_4030

FARIA JOSÉ CUSTODIO DE, dit L’ABBÉ FARIA (1755 env.-1819)

  • Écrit par
  • Jacques POSTEL
  • 358 mots

Prêtre, professeur de philosophie et magnétiseur, élève de Franz Mesmer. D’origine portugaise, Faria est né à Goa (Inde). Après un doctorat en théologie à Rome, il s’installe à Paris en 1788. Il participe de façon assez obscure à la Révolution française et se retrouve, sous l’Empire, professeur de philosophie au lycée de Marseille. En 1812, il est arrêté par la police impériale comme adepte de Bab (…)
Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-custodio-de-faria/#i_4030

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par
  • Jacques LE RIDER,
  • Marthe ROBERT
  • 16 134 mots
  • 2 médias

Dans le chapitre « La méthode cathartique »
: (…)
Rendre à l’observation son sens plein, en recueillant indistinctement tous les faits et en s’abstenant de les préjuger ; puis confronter les résultats avec les artefacts produits par la situation thérapeutique, en demandant compte à l’expérience elle-même de ses réussites, de ses déviations inattendues et avant tout de ses échecs : tels sont les deux impératifs auxquels Freud a constamment subordo (…)
Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigmund-freud/#i_4030

INCONSCIENT

  • Écrit par
  • Christian DEROUESNE,
  • Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN,
  • François ROUSTANG
  • 8 260 mots
  • 2 médias

Dans le chapitre « De l’hypnose à l’association libre »
: (…)
C’est d’abord à travers la pratique de l’hypnose (1887) que se révèle à Freud l’impossibilité d’identifier psychique et conscient. Lorsque des ordres sont donnés à un sujet hypnotisé et qu’il s’y soumet après son réveil, c’est bien la preuve que la parole du médecin a mis en branle un certain nombre de mécanismes sans que le malade en sache rien. Quelque chose qui échappe totalement à la conscien (…)
Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inconscient/#i_4030

LIÉBEAULT AUGUSTE AMBROISE (1823-1904)

  • Écrit par
  • Léon CHERTOK
  • 467 mots

Médecin français, Auguste Ambroise Liébeault s’est occupé toute sa vie de l’hypnose expérimentale. Né à Favières, (en Lorraine), dans une famille paysanne, et destiné à la prêtrise par ses parents, il quitte le séminaire à l’âge de vingt et un ans pour entreprendre des études médicales à Strasbourg. Il s’intéresse, dès cette époque, au « magnétisme animal », mais ses maîtres le dissuadent de persé (…)
Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-ambroise-liebeault/#i_4030

MANNONI OCTAVE (1899-1989)

  • Écrit par
  • François ROUSTANG
  • 1 260 mots

Pour comprendre l’importance et l’originalité de l’œuvre d’Octave Mannoni, il faut la situer avec son auteur dans la petite histoire de la psychanalyse française. Lorsqu’il commence son analyse avec Jacques Lacan en 1945, ce n’est pas un jeune homme en quête d’avenir qui se présente. Sa formation intellectuelle et personnelle est achevée. Il a été professeur de philosophie à Madagascar, puis il y (…)
Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/octave-mannoni/#i_4030

PSYCHOTHÉRAPIE

  • Écrit par
  • Daniel WIDLÖCHER
  • 5 133 mots
  • 3 médias

Dans le chapitre « De Pinel à Freud »
: (…)
On peut attribuer à Philippe Pinel (1745-1826) l’idée de recourir à la psychothérapie comme à une thérapeutique psychiatrique parmi d’autres. Cet usage est lié chez lui à une perspective philanthropique qui interdit de considérer la maladie mentale sans tenir compte de l’homme malade. Pinel et ses élèves conçoivent la psychothérapie comme une forme d’assistance humaine qui ne préjuge pas de l’ori (…)
Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychotherapie/#i_4030

SUGGESTION, psychologie

  • Écrit par
  • Sophie SPITZ
  • 693 mots

Est suggestion toute idée, toute parole, toute impression qui agit sur le psychisme du sujet et se transforme en acte. Les travaux d’Hippolyte Bernheim (1837-1919), médecin chef de file de l’école de Nancy, sur la suggestion ont d’abord pour enjeu de dégager la question de son apparence mystique et de tout ce qui pourrait faire concevoir la suggestion comme un phénomène « merveilleux ». Bernheim r (…)
Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suggestion-psychologie/#i_4030