COVID-19: envoi quotidien de TCTMD pour le 14 aoûtConseils et astuces

COVID-19: envoi quotidien de TCTMD pour le 14 août


Nous organisons une liste de recherches sur le COVID-19 et d'autres contenus utiles, et la mettons à jour quotidiennement.

Le journaliste de TCTMD, Todd Neale, se tient au courant des dernières nouvelles et des recherches évaluées par des pairs liées au COVID-19 et se mettra à jour quotidiennement. Si vous avez quelque chose à partager, dites-nous. Toute notre couverture COVID-19 peut être trouvée sur notre Hub COVID-19.

14 août 2020

Soyez prêt à faire face aux arythmies cardiaques chez les patients atteints de COVID-19 gravement malades et surveillez les effets du traitement médicamenteux sur la fréquence cardiaque, et sachez que les arythmies peuvent provenir de complications cardiaques plutôt que d'être causées par le virus lui-même. Ce sont quelques-uns des messages clés d’une nouvelle revue résumant ce que l’on sait des mécanismes et manifestations potentiels des arythmies cardiaques dans le cadre du COVID-19, rapporte Shelley Wood, rédactrice en chef du TCTMD.

L'American Heart Association (AHA) a publié un aperçu de ce que l'on sait des lésions cardiaques liées au COVID-19. Comme le dit le président de l'AHA, Mitchell Elkind, MD: «Le besoin de recherches supplémentaires reste critique. Nous n'avons tout simplement pas assez d'informations pour fournir les réponses définitives que les gens veulent et ont besoin. »

Le Royaume-Uni a signé un accord avec Janssen et Novavax pour acquérir 90 millions de doses d'un futur vaccin COVID-19, rapporte BBC News. Le Royaume-Uni a maintenant passé des commandes de 340 millions de doses de six vaccins encore expérimentaux.

notebook Pour fournir un” cadre de référence pour les niveaux historiques de surmortalité actuellement observés pendant la pandémie (COVID-19) “, les chercheurs ont comparé ce qui s'est passé à New York Ville pendant la pandémie de grippe de 1918 par rapport à la situation actuelle. Réseau JAMA ouvert, «L'augmentation absolue des décès par rapport à la valeur de départ (c'est-à-dire la surmortalité) observée pendant le pic de la pandémie de grippe H1N1 de 1918 était plus élevée mais comparable à celle observée au cours des 2 premiers mois de l'épidémie de COVID-19 à New York.» Cependant, en raison des niveaux de base inférieurs ces dernières années, l'augmentation relative des décès était plus importante avec le COVID-19.

Parmi les patients qui ont à la fois COVID-19 et CVD, ceux qui sont considérés comme critiques ont un indice de masse corporelle moyen plus élevé et un rapport neutrophile / lymphocyte, une protéine C-réactive, une procalcitonine, un fibrinogène et un D-dimère à l'admission plus élevés que ceux qui sont non critique, selon les données de Wuhan, Chine, publiées dans le Journal de l'American Heart Association. Dans l'ensemble, le taux de mortalité toutes causes confondues était de 19,26%.

Dans Actes de la clinique Mayo, les chercheurs remettent en question l’exclusion des patients âgés dans de nombreux essais sur le COVID-19, considérant qu’ils sont les plus durement touchés par la maladie. «Nous exhortons les chercheurs à inclure les patients âgés afin de générer des preuves cliniquement pertinentes», écrivent-ils.

La demande de Henry Ford Health System pour une autorisation d'utilisation d'urgence de l'hydroxychloroquine pour traiter le COVID-19 a été rejetée par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, la Detroit Free Press rapports. La demande avait été faite après que les chercheurs de Henry Ford aient publié une étude observationnelle suggérant que le médicament utilisé seul ou en association avec l'azithromycine pourrait réduire la mortalité chez les patients hospitalisés.

santé mentaleLa pandémie fait en effet des ravages sur la santé mentale des gens. Lors d'enquêtes menées à la fin du mois de juin, de nombreux adultes américains (40,9%) ont signalé au moins un problème de santé mentale ou comportemental indésirable, y compris des symptômes d'anxiété / dépression (31%), des symptômes de troubles liés à un traumatisme / stress liés à la pandémie (26 %), la consommation de substances pour faire face à la pandémie (13%) et la sérieuse réflexion sur le suicide (11%). «La réponse de santé publique à la pandémie du COVID-19 devrait accroître les efforts d'intervention et de prévention pour traiter les problèmes de santé mentale associés», écrivent les chercheurs dans Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité.

Une analyse intermédiaire de deux essais de phase précoce d'un vaccin COVID-19 à virus entier inactivé expérimental en Chine a montré que «les patients présentaient un faible taux d'effets indésirables et ont démontré une immunogénicité», rapportent les chercheurs dans JAMA. Mark Mulligan, MD, détaille les limites dans un éditorial, affirmant que “un suivi supplémentaire dans les études de phase I / II en cours, et finalement un essai d'efficacité de phase III, serait nécessaire pour les résoudre.”

Une deuxième vague de cas de COVID-19 dans le système méthodiste de Houston au Texas a vu un changement vers une population plus jeune et principalement hispanique et qui avait un statut socio-économique inférieur, un fardeau de comorbidité réduit et des taux plus faibles d'admission aux soins intensifs et de mortalité à l'hôpital. par rapport au pic initial. «Le changement démographique et socio-économique peut refléter le retour au travail et l'assouplissement des pratiques d'atténuation de la transmission du COVID-19», écrivent les auteurs dans JAMA.


13 août 2020

    Décharge le lendemain en toute sécurité après un TAVR transfémoral non compliquéUtiliser une approche minimaliste du TAVR dans le but de libérer les patients dans les 24 heures est particulièrement important à l'ère du COVID-19, ont déclaré des experts à TCTMD. «Dans la pandémie actuelle de COVID, les centres vont être sous pression pour les ressources, ce qui montre qu'ils peuvent encore fournir des soins cardiovasculaires essentiels en ayant une très courte durée de séjour (et) une utilisation minimale des ressources hospitalières et en atténuant également le risque de les patients qui contractent le COVID pendant leur séjour à l'hôpital seront essentiels », a déclaré Janarthanan Sathananthan, MBChB.

dans le Journal international de cardiologie, les chercheurs discutent de ce que l'on sait de l'impact du COVID-19 chez les femmes, les enfants et les jeunes adultes. «Bien que la publication de nouvelles données soit rapide et que nous ayons une meilleure compréhension du COVID-19, de nombreuses questions nécessitent encore des réponses. Il faut se concentrer sur ce qui nous manque: les études pharmacologiques et les vaccins », concluent-ils.

Janet Shapiro, MD, qui dirige une unité de soins intensifs à New York, décrit son expérience personnelle avec le COVID-19 dans Cardiologie JAMA: «Quelles ont été les leçons d'un cas relativement bénin pour ce médecin-patient? COVID-19 est vraiment, vraiment tragique, pire que ce à quoi nous aurions pu nous attendre. J'ai vécu ce que c'est que de ressentir son corps, la difficulté d'une respiration, un rythme cardiaque rapide, l'imprécision du malaise et la peur que cela apporte. C'est ce que vivent les patients au quotidien. »

virus Les patients présentant des manifestations respiratoires du COVID-19« produisent des aérosols en l'absence de procédures génératrices d'aérosols contenant un SRAS viable. CoV-2, et ces aérosols peuvent servir de source de transmission du virus », concluent les chercheurs dans une étude publiée sous forme de pré-impression. New York Times qu'il s'agit d'une «preuve sans équivoque qu'il existe un virus infectieux dans les aérosols», un concept qui manquait de données à l'appui solides.

La propagation du SRAS-CoV-2 avant les verrouillages à Wuhan, en Chine, et à Seattle, dans l'État de Washington, pourrait avoir été plus répandue qu'on ne le pensait auparavant, selon une étude de ECliniqueMédecine. «Dans les régions métropolitaines de Wuhan et de Seattle, il y a probablement eu des milliers de cas non détectés de COVID-19 au cours des premiers mois de transmission», concluent les chercheurs. «Le grand écart entre les cas confirmés et la prévalence réelle du virus met en évidence la difficulté de déterminer les taux de mortalité par infection à partir de données COVID-19 facilement disponibles.»

Les résultats intermédiaires d'une étude prospective appariée au score de propension suggèrent que le traitement d'un COVID-19 sévère et / ou critique avec du plasma convalescent peut réduire la mortalité dans les 28 jours, «en particulier chez les patients transfusés dans les 72 heures suivant l'admission avec du plasma avec une protéine anti-pic un titre de domaine de liaison au récepteur ≥ 1: 1350 », rapportent les chercheurs dans le Journal américain de pathologie.

«La santé publique de précision» peut être un moyen important de maîtriser le COVID-19, selon un JAMA point de vue. «Une évaluation minutieuse de la validité et de l'utilité de ces nouvelles technologies appliquées à la santé publique de précision et de leur efficacité à réduire les cas de COVID-19 et à diminuer la morbidité et la mortalité sera essentielle, ainsi que la prise en compte des implications éthiques, juridiques et sociales». disent les auteurs.

ouragan L'ajout d'une saison cyclonique déjà active dans l'Atlantique 2020 à une pandémie qui ne montre aucun signe de ralentissement crée potentiellement un «double danger» pour les résidents côtiers américains, soulignent les chercheurs dans un autre JAMA point de vue. «Les États-Unis n'ont jamais connu le double risque de la pandémie COVID-19 superposé aux menaces d'ouragan intensifiées par le climat», écrivent-ils. «En tant que tel, beaucoup reste inconnu. Les professionnels des urgences, de la santé publique et de la santé doivent rapidement tirer les leçons apprises des communautés touchées pendant l'ouragan Hanna et à chaque tempête de 2020 et transmettre les meilleures pratiques à leurs homologues.

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a élargi ses avertissements sur les désinfectants pour les mains pour inclure une contamination potentielle par le 1-propanol, qui, comme le méthanol, peut être toxique et mortel en cas d'ingestion.

Les patients atteints de COVID-19 sont plus susceptibles d'être positifs pour l'anticoagulant lupique (LA), selon une étude Réseau JAMA ouvert. La positivité à l'AL était associée à un taux plus élevé de thrombose artérielle ou veineuse documentée (63% vs 34%). Les chercheurs disent que l'anticoagulation thérapeutique devrait être envisagée dans cette population.

Des gamins Un regard sur le premier pic de la pandémie au Royaume-Uni confirme que les enfants sont relativement peu affectés. «L'expérience en Angleterre s'ajoute au nombre croissant de preuves sur le rôle limité des enfants dans la pandémie de COVID-19, avec un peu plus de 1% des cas confirmés survenant chez les enfants», disent les auteurs dans le Archives de maladies infantiles. Une question clé, cependant, est de savoir si les enfants asymptomatiques contribuent à la transmission communautaire du virus.


12 août 2020

seringue Le président américain Donald Trump a annoncé mardi que le gouvernement américain avait conclu un accord pour acheter 100 millions de doses de COVID-19 de Moderna Selon CNBC, l’accord donne au gouvernement la possibilité d’acheter 400 millions de doses supplémentaires. Des accords similaires sont en place avec d’autres fabricants de vaccins.

Le traitement par statine est associé à un risque plus faible de COVID-19 sévère ou mortel (HR 0,70), selon une méta-analyse de quatre études portant sur 8 990 patients dans le Journal américain de cardiologie. Les chercheurs disent que des études supplémentaires sont nécessaires pour confirmer les résultats.

Lorsque de nouveaux respirateurs N95 ne sont pas disponibles, les respirateurs N95 périmés avec des sangles élastiques intactes et des respirateurs N95 stérilisés et précédemment utilisés sont les meilleures alternatives, rapportent les chercheurs dans Médecine interne JAMA. Une autre étude publiée dans cette revue a montré que la fréquence de la positivité du SRAS-CoV-2 chez les travailleurs hospitaliers tenus de porter un équipement de protection individuelle n'était pas plus élevée que celle de la population générale de cette région. «Prises ensemble, ces données et d'autres émergentes suggèrent que les masques chirurgicaux et les alternatives N95 continueront à assurer la sécurité des cliniciens et des travailleurs de la santé», selon un commentaire invité.

Une perspective dans le Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre met en évidence la sous-représentation des groupes raciaux / ethniques minoritaires dans les essais cliniques sur le COVID-19, malgré le fait que ces groupes sont touchés de manière disproportionnée par la pandémie. «Pour fournir les données nécessaires pour généraliser les résultats d'efficacité et de sécurité parmi les groupes raciaux, les essais cliniques sur le COVID-19 doivent donner la priorité à l'inclusion de populations de patients qui reflètent les données démographiques de la pandémie en cours, en particulier aux États-Unis, et au financement des scientifiques des groupes ethniques sous-représentés. doit être augmenté », écrivent les auteurs.

Données hors du Royaume-Uni, publiées dans PNAS, ont confirmé le lien entre l'augmentation de l'indice de masse corporelle et une plus grande probabilité d'être hospitalisé pour COVID-19. Cependant, la relation a été atténuée après avoir contrôlé les taux de cholestérol HDL et d'hémoglobine glyquée, «suggérant que les mécanismes peuvent impliquer une altération du métabolisme du glucose et des lipides.

collecte de sangdans le Journal de l'American Society of Echocardiography, les chercheurs rapportent les profils de biomarqueurs cardiaques et les résultats échocardiographiques chez 12 patients atteints du syndrome inflammatoire multisystémique chez l'enfant (MIS-C) lié à une infection par le SRAS-CoV-2. Des élévations de la troponine T et du NT-proBNP à haute sensibilité ont été observées dans 75% et 82%, respectivement. Des anomalies échocardiographiques ont été observées dans 75% des cas. Dans l'ensemble, «notre expérience soutient les rapports précédents selon lesquels les enfants atteints de MIS-C à travers un spectre de gravité de la maladie semblent se rétablir rapidement avec la normalisation de la fonction cardiaque», disent les auteurs.

Au cours de la pandémie de COVID-19 en Australie, il y a eu une réduction de 41% des hospitalisations pour insuffisance cardiaque, une classification NYHA plus élevée parmi les personnes admises et moins de prescription d'inhibiteurs de l'ECA / ARA, selon les données de JACC: insuffisance cardiaque.

Une étude rétrospective de 40 patients atteints de COVID-19 qui étaient en insuffisance respiratoire sévère et soutenus par une oxygénation extracorporelle par membrane (ECMO) a donné «des résultats prometteurs, avec la plupart des patients vivants et ne recevant plus de soins respiratoires et de soutien ECMO et 73% ont obtenu leur congé et ne recevant de l'oxygène », rapportent les chercheurs Chirurgie JAMA. La mortalité était de 15%.

Les personnes ayant des effets persistants sur la santé après avoir récupéré du COVID-19 – les soi-disant «long-courriers» – s'organisent en ligne pour collecter des données sur le phénomène, selon un article publié dans le Examen de la technologie MIT.

football Mauvaise nouvelle pour les fans de football universitaire: les conférences Big Ten et Pac-12 ont annulé leurs saisons 2020, bien qu'il semble que les équipes de la conférence Big 12 joueront, rapporte CBS Sports. La Ivy League peut auparavant


11 août 2020

La Russie est devenue le premier pays à autoriser un vaccin COVID-19, selon le président Vladimir Poutine, rapporte Reuters. Le vaccin, baptisé Spoutnik V, «doit encore terminer les essais finaux, ce qui suscite des inquiétudes chez certains experts au moment de son approbation, mais le conglomérat d'affaires russe Sistema a déclaré qu'il comptait le mettre en production en série d'ici la fin de l'année. “

La Nouvelle-Zélande connaît ses premiers cas de COVID-19 depuis plus de 100 jours, rapporte Reuters. La plus grande ville du pays, Auckland, ferme ses portes en réponse à quatre nouveaux cas, tous dans une seule famille sans antécédents de voyages internationaux.

masks Tous les masques ne sont pas créés de la même manière, selon une étude de Progrès scientifiques. Les polaires de cou de type guêtre et les bandanas à double couche sont les moins bons pour filtrer les gouttelettes expulsées pendant la parole. En fait, porter un revêtement de type guêtre était pire que de passer sans masque, car il dispersait les plus grosses gouttelettes en gouttelettes plus petites. «Étant donné que les particules plus petites sont en suspension dans l'air plus longtemps que les grosses gouttelettes (les plus grosses gouttelettes coulent plus rapidement), l'utilisation d'un tel masque pourrait être contre-productive», disent les auteurs.

Un regard sur les activations EMS aux États-Unis, publié dans le Journal américain de cardiologie, a montré qu'il y avait une diminution des appels globaux ainsi que des appels pour des problèmes cardiaques pendant la pandémie. Les STEMI et les alertes d'accident vasculaire cérébral ont diminué au cours des 4 premiers mois de 2020, tandis que l'incidence de la fibrillation / tachycardie ventriculaire et de l'asystole a diminué de janvier à mars, puis a augmenté de mars à avril. «Ces données semblent confirmer une diminution du nombre de patients recherchant des soins pour des événements cardiovasculaires aigus, une tendance observée dans de nombreux centres de santé», expliquent les auteurs.

L'American Heart Association (AHA) a distribué 400000 $ supplémentaires pour la recherche accélérée sur le COVID-19, y compris des projets impliquant l'infectivité du SRAS-CoV-2 et les effets des médicaments antiviraux dans les cellules cardiaques et cérébrales, la pathogenèse de l'inflammation cardiaque pendant l'infection, et les facteurs viraux et hôtes qui entraînent des lésions cardiaques dans le COVID-19.

Deux essais de phase III testant des anticorps monoclonaux expérimentaux pour la prévention du COVID-19 recrutent désormais des adultes en bonne santé à risque d'infection dans des centres à travers les États-Unis, ont annoncé les National Institutes of Health (NIH).

UNE JAMA point de vue traite de la façon dont le Canada a géré le COVID-19, soulignant l'efficacité de diverses mesures de santé publique et le leadership politique et de santé publique. «On ne sait pas si cela va continuer, mais il n'est jamais trop tard pour apprendre de l'expérience et modifier les approches à mesure que de nouvelles preuves évoluent», écrivent les auteurs. «Il est important de noter que les responsables doivent rester humbles, admettre que les stratégies précédentes n'ont pas fonctionné et ajuster les politiques en conséquence.»

Un autre JAMA viewpoint s'attaque au masquage universel aux États-Unis, en abordant les preuves à l'appui de l'utilisation de masques à l'échelle de la population pour réduire la transmission, les problèmes juridiques aux niveaux national et fédéral, et le rôle des Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

dans le Journal européen du cœur, les chercheurs décrivent un cas d'aortite floride suite à une infection par le SRAS-CoV-2 chez un homme de 71 ans. «Alors que les séquelles vasculitiques du SRAS-CoV-2 ont été bien documentées dans la population pédiatrique, il s'agit à notre connaissance du premier cas signalé d'aortite adulte attribuée à la pandémie de COVID-19», disent-ils.

bébé qui pleureConformément à certaines études antérieures, une nouvelle analyse publiée dans Examen de la gestion de l'ingénierie IEEE montre que l’impact de la pandémie de COVID-19 était plus faible dans les pays où le vaccin Bacille Calmette-Guérin (BCG) contre la tuberculose est obligatoire à la naissance, «ce qui suggère que des essais cliniques doivent avoir lieu pour déterminer l’efficacité du vaccin».


10 août 2020

comme les patients Mi aigus sont revenus dans la phase de covid-19 ultérieure, moins ont survécu Confirmant d'autres rapports mondiaux, les données de six États américains montrent une baisse des hospitalisations aiguës pour infarctus du myocarde au début de la période COVID-19, suivie d'une augmentation régulière – bien que modeste – en avril / mai, mais ce qui est encore plus frappant, c'est le signal clair de pires résultats au cours de la dernière période, rapporte Shelley Wood, rédactrice en chef de TCTMD. Les résultats, publiés dans Cardiologie JAMA, soutiennent les préoccupations selon lesquelles les patients victimes de crises cardiaques pendant la pandémie de COVID-19 ont retardé la recherche d'aide et se sont retrouvés dans un état plus critique.

Les États-Unis ont dépassé les 5 millions de cas de COVID-19, selon le tableau de bord Johns Hopkins COVID-19. Le Brésil (plus de 3 millions) et l'Inde (2,2 millions) arrivent en deuxième et troisième position. Dans le monde, il y a eu plus de 731 000 décès attribués au virus.

Coups touchés par le COVID-19 frappant le nord-est des États-UnisDeux études en Accident vasculaire cérébral montrent que non seulement le nombre de patients présentant un AVC est différent à l’époque du COVID-19 par rapport à l’époque précédente, mais aussi que leurs caractéristiques cliniques diffèrent, rapporte Caitlin Cox du TCTMD. Dans les hôpitaux de New York et du Connecticut, le nombre de patients admis pour un AVC ischémique aigu a chuté. Ce qui est clair, soulignent les chercheurs, c'est que de nombreuses personnes sont restées à la maison avec des symptômes d'AVC plutôt que de chercher des soins, soulignant encore une fois la nécessité de faire savoir que les patients ne devraient pas avoir peur d'aller à l'hôpital.

La formule d'allocation des fonds de secours COVID-19 de la loi CARES, basée sur les revenus passés plutôt que sur les besoins actuels en matière de santé et de finances, a laissé les comtés noirs de manière disproportionnée dans l'embarras, rapportent des chercheurs dans JAMA. «Les décideurs devraient envisager d'aligner le financement sur les mesures des besoins plutôt que sur les revenus, ce qui augmenterait à la fois l'équité et l'efficacité économique», écrivent-ils.

Antiseptique La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a mis à jour ses politiques temporaires concernant l'utilisation de désinfectants pour les mains à base d'alcool pour inclure des tests visant à garantir l'absence de niveaux nocifs de méthanol.

Cherchant à résoudre les problèmes de sécurité liés à tout éventuel vaccin COVID-19, les médecins responsables de la FDA «déclarent sans équivoque que les vaccins candidats COVID-19 seront examinés conformément aux normes légales et réglementaires établies pour les produits médicaux» dans un JAMA point de vue.

Une étude de modélisation en CMAJ suggère que 64,6% des Canadiens seront infectés par le SRAS-CoV-2 sans aucune intervention de santé publique. Cependant, la mise en œuvre de niveaux élevés de tests, de recherche des contacts en temps opportun, d'isolement rapide, de distanciation sociale et de mesures restrictives réduirait le taux d'attaque total à 0,2%. «C'était le seul scénario qui maintenait systématiquement l'utilisation des lits dans les hôpitaux et les unités de soins intensifs sous la capacité, empêché presque tous les décès et éliminant l'épidémie», écrivent les auteurs.

Bien que le taux d'hospitalisation pour COVID-19 soit beaucoup plus faible chez les enfants que chez les adultes, environ un tiers des patients de moins de 18 ans admis avec l'infection nécessitent des soins intensifs, selon les données de Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité.

petite fille mal au ventreUn autre rapport dans MMWR montre que la plupart des cas de syndrome inflammatoire multisystémique chez l'enfant (MIS-C) lié au COVID-19 sont accompagnés de caractéristiques de choc, y compris une atteinte cardiaque, des symptômes gastro-intestinaux et des marqueurs inflammatoires élevés. «Distinguer le MIS-C d'autres conditions infectieuses ou inflammatoires graves pose un défi aux cliniciens qui s'occupent d'enfants et d'adolescents», écrivent les auteurs. Un nouveau projet financé par les National Institutes of Health (NIH) des États-Unis vise à identifier les enfants à risque de MIS-C.


7 août 2020

La charge virale, qui peut être calculée à partir de tests RT-PCR, peut être un outil important pour la stratification des risques, affirment des chercheurs de New York. Leur analyse prospective d’échantillons nasopharyngés sur écouvillon chez 1145 patients testés positifs pour le SRAS-CoV-2 a montré que la charge virale était significativement et indépendamment inférieure pour les patients vivants à la fin de l’étude par rapport à ceux qui étaient décédés. «À notre connaissance, nous sommes les premiers à rendre compte de la charge virale du SRAS-CoV-2 au moment du diagnostic en tant que prédicteur indépendant de la mortalité dans une grande cohorte hospitalisée», rapportent Elisabet Pujadas, MD, PhD, et ses collègues dans le Lancette.

Nouvelle-Zélande Le 8 juin 2020, les autorités néo-zélandaises ont annoncé qu'elles étaient passées au niveau d'alerte 1, ce qui implique en fait que la pandémie était «terminée». Comment la Nouvelle-Zélande a-t-elle réussi à «éliminer» le COVID-19? Quelques réponses en ligne dans le Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre aujourd'hui.

Sur NEJM.org, les éditeurs interviewent Arnold Epstein, MD, de Harvard, à propos de «l’impact collatéral» du COVID-19 sur les soins d’autres maladies et sur le système de santé américain dans son ensemble.

Une étude rétrospective sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine et de l'azithromycine dans un seul hôpital indique que les patients ont connu une «augmentation significative et progressive de l'intervalle QTc au cours de la polythérapie», et un sur cinq connaît des augmentations de 500 millisecondes ou plus. Les changements n'étaient pas associés à la mort pendant la courte durée de l'étude, où la mortalité était déjà élevée, rapportent les chercheurs dans JACC: Électrophysiologie clinique. Un âge plus élevé, un indice de masse corporelle inférieur à 30, une insuffisance cardiaque, une créatinine élevée et une élévation de la troponine étaient tous des facteurs prédictifs de modifications plus importantes de l'intervalle QTc.

vaccin Elisabeth Mahase, écrivant dans le BMJ, donne un aperçu simple de «où nous en sommes sur l'immunité et les vaccins».

Il existe un autre rapport de cas d’un patient se présentant tardivement pour une STEMI qui a développé une rupture septale ventriculaire, publié dans JACC: Rapports de cas. dans le Journal américain de cardiologie, les chercheurs décrivent un cas de thrombose artérielle étendue affectant l'aorte abdominale sous-rénale près de la bifurcation aortique, l'occlusion de l'artère iliaque commune gauche, de l'artère iliaque interne et de l'artère iliaque externe «avec occlusion complète de l'artère poplitée sous le genou et de ses branches. “

Northwell, le plus grand système hospitalier de l'État de New York, a invité tous les professionnels de la santé qu'il emploie dans 52 hôpitaux pour des tests d'anticorps gratuits, qu'ils aient eu des symptômes ou un test SRAS-CoV-2 positif. Plus des deux tiers se sont inscrits au test et 13,7% de ces personnes étaient séropositives, un JAMA rapports de lettres de recherche. Parmi le plus petit sous-ensemble qui avait déjà eu un test PCR positif, 6,5% avaient un test anticorps négatif.

canada C'est inhabituellement impoli, mais les Canadiens ont commencé à dénigrer les plaques d'immatriculation américaines et, dans certains cas, à endommager les voitures qui semblent« traverser la frontière »ou faire un détour par les touristes populaires destinations au lieu de prendre l'itinéraire le plus direct à travers le Canada pour se rendre dans l'État de l'Alaska, le New York Times rapports. La frontière canadienne est fermée aux Américains depuis le 31 mars 2020, à moins qu'ils n'aient la double nationalité ou qu'ils ne se soient enregistrés pour passer par le 49e État. Désolé.

La répartition d'aujourd'hui a été fournie par Shelley Wood.


6 août 2020

Une gamme de lymphocytes T CD4 + mémoire préexistants semble avoir une réaction croisée avec le SRAS-CoV-2 ainsi qu'avec un certain nombre de coronavirus froids courants, ce qui suggère qu'une exposition préalable à ces virus peut fournir un certain degré de réactivité immunitaire. L'étude, publiée dans Science, s'appuie sur des travaux antérieurs suggérant que 40 à 60% des personnes n'ayant jamais été exposées au SRAS-CoV-2 semblaient avoir des cellules T qui réagissaient au virus. «Avoir une forte réponse des lymphocytes T, ou une meilleure réponse des lymphocytes T peut vous donner la possibilité de monter une réponse beaucoup plus rapide et plus forte», a commenté Alessandro Sette, PhD, qui a dirigé l'étude avec Daniela Weiskopf, PhD, dans un communiqué de presse. La découverte peut expliquer, au moins en partie, pourquoi certaines personnes connaissent une évolution de la maladie plus bénigne que d'autres.

souris Dans l'actualité des vaccins, une étude sur la souris publiée dans La nature suggère que des souris ayant reçu deux injections, à 3 semaines d'intervalle, avec le vaccin candidat du National Institutes of Health (NIH) -Moderna (ARNm-1273) ont développé des anticorps neutralisants. Plus tard, confrontés au virus SRAS-CoV-2 5 ou 13 semaines après la deuxième injection, les animaux semblaient être protégés de la réplication virale dans les poumons et le nez. Novavax, quant à lui, a annoncé les premiers résultats de la première partie de son essai de phase I / II NVX-CoV2373 avec et sans adjuvant, en disant que l'agent «était généralement bien toléré et provoquait des réponses d'anticorps robustes numériquement supérieures à celles observées dans les sérums de convalescence humains.»

Dans le même temps, un éditorial du BMJ tire la sonnette d'alarme sur la ruée vers la commercialisation d'un vaccin COVID-19, d'autant plus que les autorités sanitaires ont exprimé leur intérêt pour des «vaccins» qui diminuent la gravité de la maladie plutôt que de protéger contre l'infection. «En plaçant la barre de performance bien plus bas dans le développement d'un vaccin COVID-19 que ce qui serait autrement acceptable pour un nouveau vaccin, nous redéfinissons également involontairement le concept même d'un vaccin – d'un outil de santé publique préventif efficace à long terme à ce qui pourrait équivalent à un traitement chronique sous-optimal à l'échelle de la population », Els Torreele, PhD, met en garde. «Cela pourrait être bon pour les affaires, mais pourrait s'avérer fatal pour la santé publique mondiale.»

Les États-Unis sont le seul pays riche qui a connu «une épidémie grave et durable du virus», déclare le New York Times, qui tente de cartographier les faux pas.

poissonLa Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a envoyé une première lettre d'avertissement à New Life International et une seconde à Fishman Chemical of North Carolina, LLC: les deux sociétés fabriquent du phosphate de chloroquine pour les poissons d'aquarium. «Bien qu’aucune des sociétés identifiées dans les lettres d’avertissement d’aujourd’hui n’ait fait des déclarations sur l’utilisation de ces produits par les gens, l’agence craint que les consommateurs puissent confondre et avoir confondu des médicaments animaux non approuvés à base de chloroquine phosphate avec le médicament humain chloroquine phosphate», déclare la FDA.

Du 1er mai au 30 juin 2020, 15 personnes dans les États de l'Arizona et du Nouveau-Mexique ont été hospitalisées après avoir ingéré des désinfectants pour les mains contenant du méthanol, selon Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité. Quatre patients sont restés hospitalisés au moment de l'étude et quatre étaient sortis de l'hôpital sans aucun signe de préjudice durable – cependant, trois patients sont sortis avec une perte de vision et quatre personnes sont décédées.

Rahul K. Arora et ses collègues, écrivant dans le Maladies infectieuses de Lancet, décrivent le lancement d'un tableau de bord mondial de séroprévalence du SRAS-CoV-2 appelé «SeroTracker». Le site Web «surveille et synthétise systématiquement les résultats de centaines d'études sérologiques mondiales sur le SRAS-CoV-2» et «permet aux utilisateurs de visualiser les estimations de la séroprévalence sur une carte du monde et de comparer les estimations entre les régions, les groupes de population et les modalités de test.»

protestor Un point de vue dans JAMA fait la chronique de certaines des récentes attaques contre des responsables de la santé publique aux États-Unis, allant des attaques physiques et menaces de mort aux insultes racistes et aux manifestations sur les pelouses de devant des agents de santé. «Au milieu d'une pandémie mondiale qui a déjà fait plus de 150 000 morts aux États-Unis, la nation a plus que jamais besoin d'un leadership solide en matière de santé publique. Le harcèlement des responsables de la santé publique doit cesser. »

Dans une seconde JAMA point de vue, Hallie C. Prescott, MD, et Timothy D. Girard, MD, proposent que la récupération de la septicémie peut offrir des indices sur la façon dont les survivants du COVID-19 pourraient récupérer – et ont besoin de soutien.

La répartition d'aujourd'hui a été fournie par Shelley Wood.


5 août 2020

FDALa Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accordé une autorisation d'utilisation d'urgence pour la famille Impella de systèmes d'assistance ventriculaire gauche dans le cadre du COVID-19. L'autorisation, couvrant l'Impella 2.5, CP, CP avec SmartAssist, 5.0 et 5.5 avec SmartAssist, spécifie que les appareils peuvent être utilisés pour assurer un déchargement et un soutien temporaires du VG chez les patients en soins intensifs qui subissent un traitement d'oxygénation extracorporelle par membrane.

Les inhibiteurs des récepteurs de l'interleukine-6 ​​(IL-6), le sarilumab et le tocilizumab, semblent améliorer les résultats chez les patients atteints de COVID-19 sévère, en particulier lorsqu'ils sont administrés plus tôt dans l'évolution de la maladie, rapportent les chercheurs dans le Journal international des maladies infectieuses. Among 255 patients being treated at Boston Medical Center, patients with both lower and higher oxygen requirements were given the agents, with the former group seeing lower mortality, less likelihood of intubation, and greater likelihood of hospital discharge. “Our finding that prompt IL-6 receptor inhibitor treatment prior to the onset of critical disease is associated with reduced mortality from severe COVID-19 disease can be used to guide current clinical management while the medical community awaits more definitive results from randomized controlled trials,” investigators concluded.

The latest installment of the American College of Cardiology’s free Summer COVID-19 Education Series, airing Thursday, August 6 at noon ET, addresses the cardiovascular impact of COVID-19 on adults and children, including possible long-term impacts. Broadcasts are free but require registration.

work from homeThe COVID-19 pandemic is disproportionately affecting women in academic medicine, who have had to assume more duties at home compared with men, particularly relating to childcare, an editorial in JAMA Surgery contends. During April and May 2020, the number of papers submitted with female first authors, senior authors, and corresponding authors all dropped by 4 to 7 percentage points as compared with the same period last year. Men in those same roles, by contrast, have seen absolute increases in the numbers of papers submitted. “While an immediate solution to this problem is not available, it would behoove academic institutions, funding agencies, and societies to recognize this increased burden on female parents and develop processes to try to alleviate these pressures,” the editorial concludes.

A prospective analysis of COVID-19 transmission in 15 schools and 10 day cares in Australia, published in Lancet: Child and Adolescent Health, suggests that coronavirus transmission was “extremely limited” in these settings during the first wave of the pandemic there. Stemming from a total of 16 students and 17 adult staff who first tested positive, only five (0.4%) additional secondary infections were recorded during two school terms. “COVID-19 transmission in schools appears to be considerably less than that seen for other respiratory viruses, such as influenza,” lead investigator Kristine Macartney, MD, is quoted in a press release.

classroom Also in Lancet: Child and Adolescent Health, a modelling study attempts to quantify how much testing and contact tracing would be warranted to prevent a second wave of COVID-19 in the United Kingdom across different school reopening scenarios. “To prevent a second COVID-19 wave, relaxation of physical distancing, including reopening of schools, in the UK must be accompanied by large-scale, population-wide testing of symptomatic individuals and effective tracing of their contacts, followed by isolation of diagnosed individuals,” Jasmina Panovska-Griffiths, DPhil, and colleagues conclude.

Today's Dispatch was contributed by Shelley Wood.


4 août 2020

lockdownOne of the most baffling questions of the COVID-19 pandemic has been: why do some patients get so sick when others do not? Investigators led by Katie-May McLaughlin, writing in Diagnostique, believe they may have found a “missing link” in transferrin. The glycoprotein, selected from 200 candidate factors, is procoagulant, increases with age, occurs at higher concentrations in men than women, and is higher in SARS-CoV-2-infected cells. “Transferrin warrants further examination in ongoing clinic-pathological investigations,” they conclude.

One-third of patients positive for COVID-19 presenting with STEMI symptoms have angiographically normal coronary arteries; Takotsubo, myocarditis, microthrombi, and other triggers have all been well-documented. Writing in an early view publication in Catheterization and Cardiovascular Interventions, Fernando Rivero MD, and colleagues present a case of coronary spasm in patient with SARS-CoV-2 infection, using optical coherence tomography and invasive vasospasm to confirm the mechanism of injury.

An interview-based study of home healthcare workers in the five boroughs of New York City found that workers felt that their frontline work was “invisible” and risky—yet the training, protective supplies, and support materials they received varied widely—and that they needed to make “difficult trade-offs” between their work and personal lives. Dans JAMA Internal Medicine, an accompanying editorial notes that home-care workers are “underpaid and overwhelmingly women of color” doing critical work in the community. “Ultimately, we need to recognize that home health worker disparities are the result of structural racism and that this problem can be addressed through structural reforms,” its authors argue. “Just as COVID-19 has accelerated other aspects of medical and social progress, it is time to use the pandemic as an opportunity to engage in social justice for home-care workers, recognizing the value of their work by investing in their health and financial security.”

shield domeDespite the proliferation of commercial assays for detecting SARS-CoV-2 antibodies, their presence “has not yet been proven to confer meaningful or durable immunity to reinfection,” concludes a comprehensive, multisociety review published in CMAJ. Until more research can establish a link between immunity and antibodies, “serological testing should not be used to guide individual decisions about personal or occupational exposures, use of personal protective equipment and physical distancing,” the authors conclude.

Meanwhile, the US Food and Drug Administration (FDA) has issued new emergency use authorizations for two new antibody tests that are the first to display “an estimated quantity of antibodies present in the tested individual’s blood.” While not precise measurements, the results can help estimate the amount of antibodies produced in a given patient. In all, the FDA has authorized 198 COVID-19 tests to date: 161 molecular tests, 35 antibody tests, and 2 antigen tests, a press release notes.

An automated, web-based, symptom monitoring tool (Sara Alert; Mitra), which was introduced due to resource and staffing constraints by the Maine Center for Disease Control and Prevention to alert people that they’d been in contact with COVID-19, has been well-received: most of the people (96.4%) contacted by the system agreed to automated symptom monitoring, according to a study in Morbidity and Mortality Weekly Report. Of 1,622 enrolled, 11.7% ultimately developed COVID-19. “Automated tools, available in multiple languages and formats, might improve contact tracing programs and reduce resource needs, including staffing,” the authors conclude.

sara alert graphic

Today's Dispatch was contributed by Shelley Wood.


3 août 2020

The pandemic has had a significant impact on active non-COVID-19 clinical research trials. In a paper published in the Journal of the American College of Cardiology, data from ClinicalTrials.gov show that 9% of all trials were reported as stopped and that the number halted per month increased significantly with time.

kids on a logOver a 10-day period in June 2020, 44% of staff and campers at an overnight camp in Georgia tested positive for SARS-CoV-2—the kids hadn’t been required to wear masks. “Asymptomatic infection was common and potentially contributed to undetected transmission, as has been previously reported,” researchers write in MMWR.

Under the Rapid Acceleration of Diagnostics initiative, the National Institutes of Health (NIH) is giving nearly $250 million to seven companies currently working on lab-based and point-of-care testing for COVID-19. In a news release, the NIH said the efforts of these companies, which range from small start-ups to large publicly held organizations, will exponentially increase the nation’s testing capacity over the next few months.

nurse with maskIn the United States and the United Kingdom, front-line healthcare workers have a threefold greater risk compared with the general population of testing positive for COVID-19, according to a study in the Lancet Public Health. The researchers say the risk “was especially high among Black, Asian, and minority ethnic healthcare workers and individuals in direct contact with patients with COVID-19 who reported inadequate (personal protective equipment (PPE)) availability or were required to reuse PPE.”

A brief report in JAMA Ophthalmology shows that despite triage systems to exclude patients with COVID-19 and enhanced cleaning protocols, viral material was found on examination room surfaces after a single day of patients being seen for eye exams.

Mandated Bacillus Calmette-Guérin (BCG) vaccination may be an effective means of reducing the spread of COVID-19, according to a paper published in Science Advances. In countries that mandate BCG vaccinations to reduce the risk of tuberculosis, the growth rate of COVID-19 cases was significantly slower than in countries without a mandate. The investigators say there is urgent need for randomized clinical trials of BCG.

Nearly 40% of older adults may have difficulty accessing telemedicine services with their physicians, according to a JAMA Internal Medicine report. In the cross-sectional study of 4,525 adults with an average age of 79 years, inexperience with technology was a primary reason for difficulty with video visits. The researchers suggest that telecommunication devices should be covered as a medical necessity, closed captioning for those with hearing impairment should be extended to virtual visits, and home visits should be considered in certain patient populations.

In the absence of a vaccine, a modeling study published in Réseau JAMA ouvert suggests that a highly specific, inexpensive screening test that would be administered every 1 to 7 days and give rapid results is needed before college campuses can safely reopen. The authors say they could not identify any circumstance under which symptom-based screening alone could sufficiently contain an outbreak among students at residential colleges.

sad manIntegrated, multilayered research efforts are needed to combat the biological and psychological mechanisms that contribute to COVID-19’s psychiatric fallout. A viewpoint in Psychiatrie JAMA notes that coronaviruses can cause cognitive, emotional, neurovegetative, and behavioral dysregulation that may trigger immune activation followed by depression and suicidal behavior. Efforts are needed to address various aspects of the emergent psychiatric conditions associated with the virus and its impact, its authors say.

A study of 24 emergency departments (EDs) in Colorado, Connecticut, Massachusetts, New York, and North Carolina confirms a rapid decrease in visits beginning in early March 2020. The states saw declines in ED usage ranging from 41.5% in Colorado to 63.5% in New York. “These findings suggest that practitioners and public health officials should emphasize the importance of visiting the ED during the COVID-19 pandemic for serious symptoms, illnesses, and injuries that cannot be managed in other settings,” researchers conclude in JAMA Internal Medicine.


COVID-19: TCTMD’s Daily Dispatch for July

COVID-19: TCTMD’s Daily Dispatch for June

COVID-19: TCTMD’s Daily Dispatch for May

COVID-19: TCTMD’s Daily Dispatch for April

COVID-19: TCTMD’s Daily Dispatch for March