Avortement gratuit du temple satanique RafflesConseils et astuces

https://www.churchmilitant.com/


Vous n'êtes pas connecté en tant qu'utilisateur Premium; nous comptons sur les utilisateurs Premium pour soutenir nos reportages.
Connectez vous ou inscrivez vous dès aujourd'hui!

DETROIT (ChurchMilitant.com) – Le temple satanique (TST) est en train de tirer au sort un avortement de 2500 $ dans une collecte de fonds – peu de temps après avoir déclaré l'avortement comme l'un de ses rituels sacrés.

Image
TST tire son grand prix – un avortement gratuit

Fraîchement sorti de son affirmation fantaisiste selon laquelle l'avortement est un rite religieux du satanisme, le temple satanique la semaine dernière est allé plus loin. Avec une nouvelle campagne pour collecter des fonds pour les soi-disant droits reproductifs, TST tire au sort son grand prix – un avortement gratuit.

«Gagnez un avortement gratuit», déclare l'annonce faite sur son site Internet, qui porte le slogan «Thyself Is Thy Master».

“Le Temple Satanique couvrira les frais médicaux pour votre interruption de grossesse jusqu'à 2 500 $. Ce prix est transférable”, indique la promotion.

TST a fait la une des journaux en déclarant que l'avortement était un rituel religieux satanique, méritant le privilège de la liberté de religion.

TST est une parodie de religion qui prétend ne pas «croire en l'existence de Satan ou du surnaturel», mais utilise le symbole de Satan pour représenter son autonomie radicale vis-à-vis de Dieu, qu'il appelle «autorité arbitraire».

Sa déclaration “d'affirmation personnelle”, comme on le voit sur son site Web, est une moquerie du christianisme et de l'amour infini de Dieu pour nous: “Par mon corps, mon sang. Par ma volonté, c'est fait.”

'Rituel religieux'

Avant d'offrir son prix en argent du sang pour tuer un enfant à naître, TST a fait la une des journaux en déclarant que l'avortement était un rituel religieux satanique, méritant le privilège de la liberté de religion.


Reportage: Le diable à Detroit

Le TST affirme que les lois protégeant la liberté religieuse devraient l'exempter des restrictions d'État à l'avortement, car les membres considèrent l'avortement du premier trimestre comme un rituel religieux. Les observateurs voient cela comme une stratégie pour utiliser le premier amendement de la Constitution américaine pour mettre le groupe à l'abri des lois qui protègent les enfants à naître.

«En tant que religion reconnue par le gouvernement fédéral, le Temple satanique utilise la RFRA (Religious Freedom Restoration Act) et le précédent Hobby Lobby pour protéger ses membres contre les réglementations sur l'avortement inutiles qui inhibent leurs pratiques religieuses et les obligent à violer leurs croyances profondes», déclare TST sur son site Web.

Elle conclut par les mots: «Je vous salue Satan».

Cette soi-disant religion satanique œuvre pour protéger ce que l'organisation prétend être son droit à la liberté de religion afin de pratiquer les rituels à sa guise – sans aucune ingérence extérieure.

«Toute violation mandatée par l'État des troisième et cinquième principes (du Temple) compromet le rituel de l'avortement en forçant les satanistes à violer leurs croyances profondes …» a proclamé Jane Essex, une porte-parole du TST pour les droits reproductifs dans une vidéo d'information, qu'elle se termine par les mots «Je vous salue Satan».

Ironiquement, le soi-disant troisième principe des croyances fondamentales du TCT déclare: «Le corps de chacun est inviolable, soumis à sa seule volonté», et le cinquième déclare qu'il ne faut «jamais déformer les faits scientifiques pour correspondre à ses croyances».

Live Action dénonce ce qu'il considère comme une contradiction flagrante en soulignant que la science est claire: «Un enfant à naître est ne pas une simple extension du corps de leur mère; il ou elle est un être humain distinct et unique avec son propre ADN qui vit et grandit. “

Essex a informé le public de la stratégie de son organisation:

De nombreux États ont des lois qui interfèrent avec la capacité de nos membres à pratiquer leurs croyances religieuses. Aucun chrétien n'accepterait une période d'attente obligatoire avant de pouvoir participer à la communion. Aucun chrétien ne tolérerait une loi qui insiste sur le fait qu'un conseil d'État est nécessaire avant que quelqu'un puisse être baptisé. Nos membres ont à juste titre droit à la liberté religieuse afin de pratiquer également nos rituels.

Essex a continué, expliquant la tactique. «La loi est clairement de notre côté», a-t-elle poursuivi. “Si les États de la RFRA ne veulent pas reconnaître nos droits, ils devront finalement prétendre que nos avortements ne sont pas sataniques. Étant donné que beaucoup de gens insistent fanatiquement sur le fait que tous les avortements sont sataniques, l'argument des États sera très impopulaire.”

Elle explique ensuite son interprétation à la fois de la religion et de la liberté pour correspondre au récit de l'égalité religieuse.

Image

Le co-fondateur du temple satanique, Lucien Greaves

(Photo: Matthew Bell / Le Monde)

“Non seulement ceux qui refusent aux satanistes leur liberté religieuse seront dénoncés par les défenseurs de la liberté, mais ils seront également détestés par ceux qui diabolisent l'avortement”, a déclaré Essex. “Espérons que les États feront ce qu'il faut et respecteront nos droits légaux.”

Incitation à tuer

Les donateurs qui font un don d'au moins 200 $ seront inscrits pour gagner le grand prix du meurtre d'un enfant, payé par TST. Parmi les autres prix, citons une «rencontre et salutation» sur Zoom avec le co-fondateur du Temple, un t-shirt et un bracelet sataniques et «un kit d'avortement religieux composé d'un miroir compact TST et d'une feuille d'instructions rituelles».

“Nous collectons 100 000 dollars pour mobiliser des opérations juridiques afin de protéger les avortements religieux contre les ingérences injustifiées du gouvernement”, déclare TST. Son objectif déclaré est de «protéger et faire progresser les droits reproductifs» et «(informer) les satanistes de leurs protections religieuses lorsqu'ils recherchent des services d'interruption de grossesse».

Le montant que TST offre pour un homicide prénatal indique la volonté de l'organisation de financer un avortement tardif. Selon la Fédération nationale de l'avortement, ce n'est qu'après la 20e semaine de grossesse qu'un avortement coûte généralement plus de 1 000 dollars.

— Campagne 31877 —

Vous avez un conseil de nouvelles? Soumettez des nouvelles à notre ligne de conseils.

Nous comptons sur tu pour soutenir nos reportages. Veuillez faire un don aujourd'hui.